Madame Boudour, juge, intervient sur la thématique du droit de l’internet

Le 15 mars 2019, Madame Linda BOUDOUR, juge, est intervenue au colloque “Actualisation Droit de l’Internet” organisé à la Faculté de droit de MONTPELLIER par l’Équipe de recherche droit des créations immatérielles (ERCIM – UMR 5815) en partenariat avec l’Association française des juristes d’entreprise (AFJE). Elle est plus particulièrement intervenue sur la thématique des réseaux sociaux à l’épreuve du droit de la consommation à la suite des décisions rendues en la matière en 2018 par la Cour de justice de l’Union européenne et le tribunal de grande instance de PARIS.

Une exposition au tribunal pour la journée internationale des droits des femmes

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le tribunal de grande instance de Verdun organise en partenariat avec le CIDFF et la Mairie de VERDUN une exposition s’intitulant « Sortir du silence »,  qui met en lumière des parcours de femmes, victimes de violences, qu’elle qu’en soit la forme et le contexte (familial, conjugal, professionnel).

L’exposition est constituée de portraits photos de ces femmes accompagnés de leurs créations artistiques illustrant leur parcours et le message personnel qu’elles souhaitent exprimer.

L’inauguration a eu lieu le 8 mars 2019. En cours de matinée, Madame Brosseau (référente violences au CIDFF), Madame Boudour (juge) et Madame Masselot (subsitut) ont accueilli des lycéens  avant de leur présenter l’action de la Justice et de la société civile en matière de prévention et de répression des violences conjugales. Les lycéens et visiteurs ont pu ensuite découvrir l’exposition et laisser leurs appréciations personnelles dans le Livre d’Or.

L’exposition est programmée pour les dix prochains jours. Le Livre d’Or est accessible à l’entrée du tribunal.

Le tribunal se réunit en audience solennelle le 21 janvier 2019

L’audience solennelle du tribunal de grande instance a eu lieu le 21 janvier 2019 à 11 heures. Les chefs de juridiction ont présenté l’activité du tribunal au cours de l’année judiciaire 2018, avant que Madame la Bâtonnière ne prenne la parole pour exprimer ses plus vives réserves à propos de plusieurs aspects de la réforme judiciaire actuellement en discussion au Parlement.  

Hommage à Monsieur Georges Blume

L’audience solennelle de rentrée du 21 janvier 2019 a connu un moment fort : un nom a été donné à la salle d’audience du tribunal de grande instance, désormais salle Blume.

Extraits du discours du Président du tribunal Hervé Henrion :

 « Monsieur le Greffier en Chef Georges Blume,

 Elie Wiesel écrivait “la nuit vient ? Le jour viendra. L’obscurité porte la promesse de la lumière”. N’est-ce pas là le sens profond de votre vie, cette quête permanente de lumière sur un chemin ravagé par l’obscurité et l’obscurantisme ?

 Voici « l’aube » : vous êtes né le 27 février 1882 à Verdun d’un père notaire avant d’entamer des études de droit et une carrière de greffier en chef au tribunal civil de Verdun.

 Premier « nocturne tragique » : vous avez été mobilisé pendant la Première Guerre comme adjudant au 120ème Régiment d’Infanterie Territoriale avant de subir les orages d’acier en combattant dans la Woëvre en 1916. Votre jeune frère, le Docteur Henry Blume mourra sur le front de Souville le 22 février 1916 en portant secours à un soldat gravement touché.

Voici « l’aube nouvelle » : après la guerre, vous reprenez vos activités professionnelles auxquelles s’ajoutent les fonctions de Conseiller municipal. Homme de culture vous avez été Président de la société de musique et Président de la Société Philomathique. Vous avez publié en 1926 un petit livre érudit s’intitulant “Histoire sommaire de la Justice à Verdun”, que chacun de nous doit avoir lu. C’est avec émotion que je cite vos propos introductifs dans lesquels vous expliquez les raisons qui vous ont poussé à prendre la plume. Les voici : “C’est pour conserver encore un peu le souvenir de mon vieux tribunal que j’ai écrit ces quelques lignes et en les terminant qu’il me soit permis de dire tout le chagrin que j’ai eu à le quitter”. Cela montre que vous aimiez Verdun, ses institutions, son patrimoine et les Verdunois ; que vous étiez un Homme engagé  au service de la collectivité et de l’Autre avec un grand “A”, un homme pour qui l’engagement et les valeurs républicaines sont résolument une éthique de vie.

Second « nocturne tragique » : vous avez été contraint de vous réfugier à Toulouse après l’arrivée de l’occupant nazi, ville dans laquelle vous avez été le Président de l’Union des Réfugiés Meusiens, dès 1941. Ce nouvel engagement vous l’avez pris au péril de votre vie dans ce semblant d’Etat qui se disait français mais qui n’était pas la France. Votre arrestation est intervenue car vous avez pris en charge la défense d’un réfugié meusien incarcéré. Le 30 juillet 1944, vous avez été déporté de Toulouse à Buchenwald dans le convoi n° 81.  La barbarie nazie a sacrifié votre dignité en vous affublant du numéro 69542 et du triangle rouge des prisonniers politiques français juifs. Une belle personne comme vous, avec sa foi républicaine et son amour du prochain, ne pouvait pas résister bien longtemps au paroxysme de l’inhumain. La maladie vous a vaincu le 29 septembre 1944. Votre épouse, qui a été déportée le même jour que vous à Ravensbrück,  est décédée un peu plus tard en 1945.

Votre destin personnifie la pensée d’Elie Wiesel qui se fondant sur son vécu de déporté, estimait que dans les camps “tout tendait vers une fin : l’homme, l’histoire, la littérature, la religion, Dieu. Il ne restait rien. Pourtant nous recommençons avec la Nuit”.  

La flamme du souvenir s’est allumée, votre nom figure sur le monument aux enfants de Verdun morts pour la France et à partir d’aujourd’hui sur la plaque commémorative à côté de la porte de cette salle. Désormais, votre nom sera prononcé tous les jours par les magistrats, par les fonctionnaires, par les avocats et par les justiciables. Ainsi, vous serez parmi nous dans ce tribunal et pour la République. L’été dernier, nous avons avec Monsieur le procureur sollicité le directeur du Mémorial de la Shoah pour obtenir des informations pour votre famille à la demande de votre petit-fils François Williams ; cette démarche a porté ses fruits. Nous avons pu remettre à vos descendants quelques bribes de votre passé. Mais notre démarche aura surtout permis au Mémorial de se rendre compte que votre nom était mal orthographié sur le Mur des Noms ; “BLUME sera donc prochainement réécrit avec un “E” qui n’apparaît pas à ce jour. Une cérémonie sera organisée à Paris le 20 janvier 2020. 

Votre portrait a pris place dans cette salle et je m’engage à faire allumer en votre mémoire une bougie le 29 septembre de chaque année. Votre regard doux et bienveillant croise celui de notre Marianne libertaire et cubique et symboliquement vous ferez corps avec notre belle devise républicaine : “liberté, égalité, fraternité”.

Cette liberté dont vous connaissez la valeur jusque dans votre chair car vous avez donné votre vie pour elle ; cette égalité dont vous avez été cruellement privé à cause de votre sang juif ; cette fraternité qui a fait et qui fera toujours votre grandeur d’âme vouée à l’Eternité.

A l’heure où trop de jeunes succombent à la folie nihiliste, il est fondamental de rappeler que des grands Hommes comme vous étaient prêts à sacrifier leur vie pour leurs idéaux républicains ».

Le parquet de Verdun retenu comme site pilote par le ministère de la Justice

Courant du mois de janvier 2019, le ministère de la justice s’est déplacé au tribunal de grande instance de VERDUN afin de mettre en place deux projets pour lesquels le parquet du procureur de la République s’était porté candidat.

Le premier dispositif concerne la mise en place de deux applications métiers au profit de la permanence du parquet de VERDUN dont le contenu reste confidentiel. Cette opération s’inscrit dans la mise en place du numérique au sein des juridictions suite à la prochaine adoption de la loi de programmation pour la justice 2018-2022.

Le deuxième dispositif vise, dans le cadre d’une sanction pénale, à mieux accompagner les personnes présentant une problématique addictive aux stupéfiants ou à l’alcool, et ayant commis une infraction qu’ils ont reconnue.  Un partenariat sera prochainement mis en place qui prendra la forme d’une convention qui sera signée par le président de la juridiction, Hervé HERION, et Guillaume DUPOPNT, procureur. Ce dispositif devrait être opérationnel courant 2019. Il convient de relever que le parquet de VERDUN a été retenu parmi les 4 autres parquets de France (LILLE, DIJON, SOISSONS et COMPIEGNE). Un premier bilan pourra être tiré en fin d’année afin d’en mesurer son impact.

Réunion du conseil de juridiction en présence de Madame Lazerges, Présidente honoraire de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme

Le conseil de juridiction s’est tenu le vendredi 7 décembre 2018 en présence de Madame Christine Lazerges, Présidente honoraire de la CNCDH, du Maire de Verdun, de Madame la Bâtonnière, de Madame Marie-Laure Ingadassamy, Déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité, de plusieurs élus locaux, de représentants des associations verdunoises de lutte contre le racisme (AMATRAMI et collectif MOSAIC).

A cette occasion les chefs de juridiction ont, après l’allocution d’ouverture du Maire, présenté les différents projets réalisés et à venir au palais de justice concernant la lutte contre le racisme (le stage de citoyenneté mémoire, le futur TIG mémoire, l’exposition artistique de Redpaln, l’exposition du graff représentant un tirailleur sénégalais, la future dénomination de la salle d’audience, la réalisation de la Marianne, la prochaine reconstitution d’un procès portant sur le racisme par des lycéens).

Madame Lazerges a ensuite présenté le rapport annuel 2017 de la CNCDH sur l’évaluation des politiques publiques en matière de lutte contre le racisme. Elle a également exposé les contributions du ministère de l’Intérieur et du ministère de la Justice destinées au prochain rapport.

Les associations locales ont décliné les actions menées sur le terrain à Verdun pour favoriser le « vivre ensemble » et Madame Ingadassamy a insisté sur le rôle et les missions du délégué départemental en matière de lutte contre les discriminations.

Un débat et des échanges riches avec le public, composé notamment de lycéens, ont eu lieu ensuite.

Un graff exposé au tribunal

L’Association Meusienne d’Accompagnement des Trajets de vie des Migrants (AMATRAMI) expose à compter d’aujourd’hui au premier étage du palais de justice un graff réalisé en 2016 conjointement par des jeunes de Verdun et par des mineurs non accompagnés du Havre. Ce groupe composé de Nigérians, d’Ivoiriens, de Maliens de Guinéens et de Sénégalais a fait des recherches en bibliothèque sur la première guerre avant de composer un texte sur le parcours d’un tirailleur sénégalais du nom de « Simba » représenté sur la fresque mise à la disposition du tribunal. L’objectif d’une telle démarche est double : sensibiliser les jeunes aux valeurs de la République par la connaissance de l’Histoire et rendre celle-ci intelligible dans les quartiers prioritaires.

Les chefs de juridiction rencontrent le Président de la République

A l’occasion de la venue du Président de la République à VERDUN le 6 novembre 2018, les chefs de juridiction ont pu s’entretenir un court moment avec Monsieur Emmanuel MACRON sur la vie de la juridiction.

Le Procureur de la République, Monsieur Guillaume DUPONT, lui a exposé le stage inédit de citoyenneté mémoire. Le Président, Monsieur  Hervé HENRION, l’a informé des expositions temporaires ayant lieu dans les locaux du palais de Justice avant de lui annoncer la prochaine inauguration de la salle d’audience au nom de Monsieur Georges BLUME, ancien Greffier en chef, combattant de la première guerre déporté en 1944. Le Président de la République a exprimé sa satisfaction et son souhait d’être officiellement informé des actions menées au sein du tribunal de grande instance en lien avec le thème de la mémoire.

Les chefs de juridiction aux côtés de la flamme du souvenir

Le 1er novembre 2018, le président du tribunal, Hervé HENRION, et le procureur de la République, Guillaume DUPONT, ont participé, aux côtés du maire de VERDUN et du sous-préfet de l’arrondissement, à la cérémonie au passage de relais de la flamme  prélevée sous l’arc de triomphe, le mardi 31 octobre 2018, et qui se trouve actuellement dans la crypte du monument aux morts de la ville.  La présence des chefs de juridiction témoigne de leur attachement aux valeurs de la République et de l’importance que revêt cette cérémonie au sein de la Cité verdunoise, lieu chargé d’histoire et de symboles d’égalité, de fraternité et de liberté.

L’artiste Redpaln rend hommage à tous les combattants de la première guerre

A la demande des chefs de juridiction Redpaln a accepté de dresser les portraits de plusieurs soldats de différentes nationalités ayant combattu lors de la première guerre mondiale. Les fresques sont exposées dans les couloirs du palais de justice. Cette initiative inédite s’inscrit dans le projet de juridiction relatif à la lutte contre le racisme et toutes les formes de discriminations. A travers cette exposition, le tribunal tient à exprimer son attachement au principe de fraternité récemment consacré dans sa valeur constitutionnelle et qui prend tout son sens sur la terre sacrée de Verdun.